Tissage

Tissage

Vous vous demandez sûrement ce que je fais de mes journées. C’est simple : lorsque je ne suis pas occupée par Télémaque ou bien les affaires du trône, je tisse. Depuis maintenant deux ans, je tisse la tapisserie destinée à envelopper le corps de mon beau-père Laërte quand il sera mort. Mis sachez que je ne me remarierai avec personne tant que cet ouvrage ne sera pas achevé.

Secrètement je défais chaque nuit ce que je tisse le jour, pour repousser l’échéance. Ce métier à tisser est devenu mon refuge, là où je peux laisser mes pensées vagabonder pendant que j’entrecroise les fils. Ces gestes automatiques m’occupent des heures durant et font passer les jours. En même temps, c’est un ouvrage auquel je travaille sans cesse et qui n’est jamais terminé, et j’ai parfois du mal à accepter l’inutilité de cette entreprise. C’est comme si j’étais enfermée dans la ruse que j’ai moi-même conçue. Mais je sais que ce stratagème est au service de ma fidélité envers Ulysse et c’est ce qui fait que je continuerai à l’utiliser aussi longtemps que nécessaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *