Cauchemar dans lequel je suis poursuivi par des prétendants

anonymous_flemish_master_-_le_cauchemar_ca_1530_-_detail

Fatiguée, je suis fatiguée. Le va et vient de ces hommes me donne la nausée. Certains ont même investi le palais, prétextant être trop loin de chez eux. Chaque jour la pression se fait plus suffocante, je n’en dors plus. Et quand par fatigue, je m’effondre enfin, le cauchemar reprend.

Je suis dans ma chambre, les murs du palais tremblent. Des voix se font entendre, je me dirige vers la grande salle, les voix se font plus lourdes. Dans le couloir, un prétendant me surprend avec sa lyre. La musique est fausse, stridente. Je pars en faisant bonne figure mais l’homme me suit jusqu’à la grande salle, marchant au rythme de sa musique dissonante. Les portes s’ouvrent, la pièce est noire de monde. Le vin coule à flots, les hommes se goinfrent et les courtisanes courtisent. Faisant irruption dans la pièce, les prétendants m’interpellent et usent de compliments déplacés. Un orchestre se forme autour du joueur de lyre, tous tentant de m’impressionner malgré leur manque de talent. Il faut que je quitte la pièce, mais une foule compacte s’est formée autour de moi. Et voilà qu’ils se mettent à chanter en cœur une chanson différente… L’un d’eux m’agrippe, l’autre s’énerve et tous se battent, tandis que la musique se fait de plus en plus insoutenable !

Quelque chose en moi se brise alors, le silence rompt la cacophonie, je m’éveille en sursaut. Le soulagement est là, mais il est bref, car je sais qu’aujourd’hui sera pire qu’hier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *